C’est l’automne, avec son lot de fruits originaux et sacrés. Parmi eux, il y a la pomme. Fruit célèbre pour avoir empoisonné Blanche-Neige. Mais savais-tu que ce n’était pas le fruit préféré de la princesse ? Elle adorait le raisin…

Si sa belle-mère l’avait su, elle serait peut-être venue à bout de la jeune fille car son verger est rempli de fruits et d’arbustes tous plus maléfiques les uns que les autres.

Les portes de ce jardin sont closes depuis des siècles. Il faudra que tu trouves la bonne clef afin d’y entrer. Tu pourras ensuite admirer de capricieuses curiosités qui mettent Mère Nature au défi !

Passer le portail

Eglise Saint Lubin à Chateaudun, portail du verger de grimhilde

Comme je te le disais, voici des siècles que le portail du verger est infranchissable. La nature n’a même pas pu y reprendre ses droits, tant les enchantements qui protègent ce jardin sont puissants. La grille est intacte. Ni lierre, ni autres plantes grimpantes n’ont osé effleurer le fer de cette entrée silencieuse. Impassible, elle a vu se succéder Curieux et Envieux. Mais le simple fait de s’en approcher, suscite en n’importe quel mortel, un sentiment incontrôlable de peur et d’angoisse intense.

Cependant, les secrets de la Reine-Sorcière sortent timidement de l’ombre chaque jour. Il se trouve qu’elle m’a légué trois clefs. Chacune ouvre une porte de sa demeure mais une seule permet d’accéder au verger tout en dissipant le maléfice.

Pour ouvrir ce portail rouillé il te faudra trouver la bonne clé. Une clé rustique, une clé mécanique, où métaux et cristaux s’entremêlent dans une harmonie sans pareil. La clé la voici, semblable à un bijou dont l’époque est indéfinissable. Mais comment s’en servir ? On connaît Grimhilde pour ses talents d’alchimiste, mais il serait imprudent de la sous-estimer dans ses autres qualités de sorcière.

Chacune des trois clés possède deux petites pierres de cristal qui permettront de désactiver l’enchantement qui garde la grille devant laquelle tu te trouves. Tu sauras que tu as choisi la bonne uniquement lorsque tu l’auras mise dans la serrure. Là, les engrenages s’activeront alors pour délier tout le mécanisme de l’ouverture. La dernière fois que j’ai ouvert ces portes, un roulement de pierres, sourd, rythmé par le grincement de la ferraille endormie depuis des lunes, m’a donné accès à un jardin luxuriant.

Les Vins douteux de Grimhilde

Tu auras le sentiment d’entrer dans un jardin merveilleux. Tu croiseras des fruits aux couleurs incroyables. Le soleil donnera à l’atmosphère une odeur douce et sucrée. Mais n’oublie jamais qui était la propriétaire de cette végétation trompeuse !

Dans ce verger, tu remarqueras qu’il n’y a pas que des pommiers. Il y a aussi quelques pieds de vigne où poussent des raisins aux couleurs enchanteresses. Leurs grains nacrés semblent cristallisés par le poison qui les a infectés. Tantôt rougeâtres ou violines, certains plants tireront vers des teintes plus mystérieuses comme le bleu.

Au pied de chaque sarment, on retrouve le portrait des victimes à qui ce nectar a été délectablement inoculé. Parmi les portraits usés par les âges, il y a celui d’un homme aux traits chaleureux. Il semble de bonne famille, plutôt distingué. Si ta vue te le permet, peut-être parviendras-tu à lire le nom de ce personnage : Lord de Trémaine. Il fut empoisonné par erreur en buvant le premier calice de vin qui était à sa portée. Le quel étant destiné à sa femme pour une raison que j’ignore. Ainsi il abandonna malgré lui deux petites filles et sa Lady aux yeux verts pâles. Peut-être connais-tu la suite de leur histoire ?

boucles d'oreilles victorienne sur feuille de vigne et camée

Une roseraie qui rendrait jalouse la Reine de Cœur

Comme le veut la tradition, au bout de chaque pied de vigne, se trouve souvent un rosier. Leur utilité est assez simple : ils sont si sensibles qu’ils sont en première ligne pour attraper des maladies. Ce qui permettaient aux jardiniers de la Reine-Sorcière d’anticiper les maux qui menaçaient la roseraie et de la traiter à bon escient.

Mais à l’instar des vignes, la roseraie de Grimhilde est surprenante. Là encore, leurs couleurs (mais aussi leurs fruits) mettraient au défi Mère Nature. En effet, tu observeras de petites boules rondes et moirées qui se baladent çà et là sur les branches noueuses de ces arbustes. Bien plus fragile que de petits raisins, il te suffira d’un rien pour déchirer l’enveloppe frêle de ces fruits. Il arrive parfois que des papillons se hasardent auprès des gouttes suaves qui perlent ainsi le long des rosiers. Mais dès le premier contact, ces majestueux insectes se trouvent instantanément pétrifiés, figés pour l’éternité. C’est d’ailleurs pour cette raison que certaines roses semblent endormies à jamais sous un voile de givre qu’aucun soleil ne saura fondre.

Tu es donc avertie Chère Capricieuse, et toi aussi Cher Capricieux, tu ne peux plus ignorer que ce jardin d’Eden est en fait un jardin d’Evil.

Oseras-tu le visiter ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *